Création d’un microprogramme en gestion de la qualité de vie au travail


Le Conseil de la Faculté de l’éducation permanente a adopté en septembre le Microprogramme en gestion de la qualité de vie au travail, qui compte 15 crédits, dont neuf crédits de cours obligatoires.

La création de ce microprogramme découle du constat que la notion de « santé au travail » a évolué au fil des ans et qu’elle ne se limite plus au concept traditionnel de la santé et de la sécurité au travail. Après des années marquées par la mondialisation, la rationalisation, la financiarisation et l’introduction de nouvelles technologies, on observe une préoccupation nouvelle pour l’humain et la conscience accrue du lien entre la qualité de vie au travail et la performance de l’entreprise.

« Le programme, lit-on dans le document de présentation, s’adresse principalement aux individus œuvrant déjà dans les domaines de la gestion des ressources humaines, des relations industrielles, de la santé et sécurité du travail, de la santé et des services sociaux, et souhaitant ajouter une spécialisation en gestion de la qualité de vie au travail. Néanmoins, il peut être tout à fait pertinent pour toute personne souhaitant compléter un parcours académique ou professionnel en lien avec la gestion de la qualité de vie au travail, notamment dans le cadre d’un baccalauréat par cumul. »

Les conditions d’admission à ce microprogramme sont celles généralement en vigueur dans la majorité des programmes de la FEP, soit d’avoir réussi 30 crédits universitaires ou d’être titulaire d’un diplôme d’études collégiales (DEC) ou de disposer d’une formation équivalente au DEC.