Pétition : Inaction du gouvernement concernant la Charte de l’Université de Montréal


Récemment, l’AGEEFEP a fait parvenir une lettre à Mme Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, afin de lui rappeler l’importance de procéder à une adoption rapide du projet de loi 234 – qui modifie la Charte de l’Université de Montréal – afin de permettre à notre université de se doter d’un processus de traitement des plaintes en matière de violences sexuelles qui soit juste, transparent et équitable. À ce jour, aucune réponse n’a été obtenue.

Le processus actuel de traitement des plaintes est hautement problématique et est décrié depuis de nombreuses années par la communauté étudiante de même que par le Bureau d’intervention en matière de harcèlement (BIMH) ainsi que par l’Ombudsman de l’Université de Montréal. Sommairement, les plaintes en matière de violences sexuelles déposées par un étudiant ou une étudiante contre une personne membre du corps enseignant sont jugées par un comité composé majoritairement de professeurs. Il est inacceptable qu’une telle situation se poursuive plus longtemps !

C’est pourquoi nous vous invitons à signer une pétition créée par la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM) afin de faire pression sur le gouvernement !

Signer la pétition !