L’AGEEFEP a contribué à l’évolution de l’UdeM

Créée en 1985, l’AGEEFEP a fêté ses 30 ans en 2015.

Au fil de ces trois décennies, l’Association a contribué à l’évolution de l’Université de Montréal et plus particulièrement à l’engagement de l’établissement en formation continue. C’est principalement de cela qu’il est question dans la vidéo qui a été produite pour célébrer le 30e anniversaire.

Cliquez ici pour voir la vidéo!


Quel est l’avenir de la Faculté de l’éducation permanente?

 

L’Université de Montréal entend se transformer, se moderniser. À cette fin, elle a mis en branle un processus de consultation qui entraînera de nombreux changements, y compris pour l’avenir de la Faculté de l’éducation permanente.

Pour l’AGEEFEP, il s’agit évidemment d’un dossier prioritaire auquel nous ajouterons des éléments au fur et à mesure où ils seront disponibles.

– Pour répondre au sondage au plus tard le 28 mars inclusivement: cliquez ici!

– Pour participer au forum du 31 mars: cliquez ici!

– Pour transmettre un message écrit: cliquez ici!

personne handicapée

Sur une période de six ans, de 2008-2009 à 2014-2015, le nombre de personnes handicapées dans les universités québécoises a plus que triplé, passant de 3 093 à 10 256. L’importance de la hausse est principalement attribuable à l’augmentation du nombre de personnes souffrant de « déficiences émergentes ».

Tel est le constat du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études (CCAFÉ) dans un avis au ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR) intitulé L’accessibilité financière aux projets d’études et de formation, qui a été rendu public en janvier 2016.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que les universités accueillent des personnes handicapées, particulièrement des personnes souffrant de déficiences traditionnelles : déficience visuelle grave, déficience auditive, déficience motrice, déficience organique ou trouble du langage ou de la parole. On en dénombrait 1 560 en 2008-2009 et leur nombre atteignait 2 238 six ans plus tard.

(Lire la suite…)